A -

A la une           0           Plan du Site

A +

Sarments
Archives

Juin 2017
Janvier 2017
Octobre 2016
Mai 2016
Janvier 2016








Juin 2017



Cliquez sur  





____________________

LES TEXTES
à lire sur votre smartphone

____________________


Le mot du Président

Vous l’attendiez tous avec impatience, ce Sarment printanier. Il est exact que si l’été est en avance, la publication de votre journal ne l’est pas, et ceci pour une bonne raison. Nous attendions en effet la réunion du 20 juin organisée par la mairie pour vous tenir informés de l’avancement du dossier « Transports en commun ». Dire que ce dossier est important pour notre quartier serait bien léger. C’est beaucoup plus que cela, tant sur le plan de la desserte susceptible de nous être offerte, que sur celui des éventuelles nuisances induites par tel ou tel projet.
L’expérience malheureuse du tram Bombardier ne peut que nous inciter à la prudence, d’autant que les mauvaises habitudes en matière de concertation semblent s’être transmises de la CUGN à la métropole. Ce n’est pas une surprise en soi, puisque les hommes restent en place même si l’étiquette change. Nous aussi nous restons bien là, et sommes bien décidés à défendre nos positions citoyennes responsables et à ne pas nous laisser refiler une fois de plus un invraisemblable mistigri.
Pierre Steinmetz



L’ASSEMBLEE GENERALE DU 14 MARS 2017

Comme chaque année depuis maintenant plus de 19 ans, l’AG des Coteaux de Vandoeuvre s’est tenue dans l’amphi 8 de la Faculté des Sciences et Technologies
Après un rappel des différentes points traités durant l’année, le président a évoqué plus particulièrement la question des nuisances sonores constatées lors des rave-parties des Baraques et celle du futur transport en commun. Sur cette dernière question, Manu Donati, représentant la mairie, a donné les dernières informations en provenance de la métropole. Pierre STEINMETZ évoquait ensuite le partenariat en train de se nouer avec l’association des Amis de l’écoquartier Biancamaria, dont le président, Fabien GILLE, a fait ensuite une présentation rapide des activités.
Pierre BOSMENT faisait ensuite un rapide tour d’horizon des travaux dans le quartier, revenant sur la construction sise au 51 avenue Jean Jaurès, dont la fin proche est espérée, et sur l’immeuble mitoyen des « Fourneaux de Marius » dont la construction est maintenant terminée.
Plusieurs questions ont ensuite été évoquées :
- Le déploiement de la fibre dans le quartier pour lequel force est de constater qu’il est très difficile, voire impossible, d’en bénéficier si on n’est pas client Orange.
- La circulation dans le quartier avec les précisions apportées par Manu Donati sur les aménagements récents de l’avenue Gal Leclerc
- L’installation de la boulangerie LaMiDoRé (à la satisfaction générale des habitants du quartier)
Plusieurs membres du CA sont intervenus ensuite pour présenter le bilan des festivités (Fête de quartier 2016, Décorations de Noel, Beaujolais Nouveau, Randonnées), et les projets d’activités à venir, en particulier celui du vide-greniers prévu le 21 mai 2017.
La présentation des comptes de l’association a ensuite été faite par Thierry Dheu. Après le vote du quitus au trésorier et au président, Pierre Steinmetz ouvrait la discussion finale avec les habitants du quartier présents. A l’issue de ces échanges, les participants se sont retrouvés pour le verre de l’amitié en faisant le constat d’une réunion positive tant sur le plan de la participation que sur celui de la convivialité


SORTIE DU 8 MAI A VILLEY SAINT ETIENNE

Il s’agissait de la deuxième sortie-randonnée organisée par l’association après celle qui nous avait permis de (re)découvrir le camp d’Affrique le 16 octobre dernier. Il y avait là une certaine continuité thématique, même si elle n’était pas consciente, puisque les deux lieux visités avaient eu un caractère défensif à des époques très différentes : à l’époque celtique pour l’un et à l’articulation des XIXème et XXème siècles pour l’autre.
21 participants ont montré leur intérêt pour cette visite qui a été guidée et commentée par Mr Burkhardt avec l’appui d’un deuxième accompagnateur.
Le système défensif mis en place en France après la défaite de 1870, système entièrement destiné à se défendre contre une invasion de l’Allemagne, a été conçu par Séré de Rivières. La façade Est de la France a été ainsi couverte par un système de forts avec 3 points principaux : Verdun, Toul et Belfort. Villey Saint Etienne était l’un des douze forts composant le système défensif de Toul.
Le fort de Villey Saint Etienne était entouré d’ouvrages avec des batteries d’artillerie et d’infanterie parsemés sur des positions stratégiques autour du fort. La végétation et la forêt avaient caché la plupart de ces constructions en béton qui ont été dégagées en partie.
La matinée a été consacrée à une randonnée de 6-7 km dans la forêt à la découverte de ces différents ouvrages : abri de la Nibarde avec tranchées à masques, batterie du Mordant, abri et batterie du Mauvais lieu, … et à la cueillette de muguet abondant dans le coin.
Vers 12h30 nous sommes revenus à proximité du fort où nous avons été rejoints par plusieurs membres de l’association de réhabilitation du fort dont Mr Philippe Bruant, historien et auteur de plusieurs ouvrages sur les forts de Villers Saint Etienne et de Frouard.
Une météo favorable, bien qu’un peu fraîche mais sans pluie, a permis un pique-nique agrémenté d’un apéritif offert gracieusement par notre Président.
La visite du fort qui n’a subi aucune attaque importante durant la grande guerre s’est effectuée l’après-midi. Elle a été très intéressante grâce aux explications de nos guides et à la qualité des lieux. Notre périple s’est terminé vers 17 h par la visite de la Tourelle située à quelques centaines de mètres du fort. Il est à noter que lors de la seconde guerre mondiale, les Allemands ont récupéré une grande partie des éléments métalliques de toutes ces structures pour la construction du mur de l’Atlantique.
L’Association présidée par Mr Burkhardt et quelques bénévoles travaillent à la mémoire de ces lieux avec enthousiasme, motivation et beaucoup d’énergie.
Le retour à Vandoeuvre vers 18 H a mis un terme à cette journée qui a satisfait tous les participants tant pour la convivialité qui a régné lors de la balade, des visites et du pique-nique que pour la découverte d’un site qui a enrichi nos connaissances sur l’histoire locale.
Thierry Dheu et Patrice Rubini


LA VIE DU QUARTIER

SECURITE
Aucun cambriolage (ou tentative) n'a été porté à notre connaissance depuis le précédent Sarment. Par contre quelques réunions bruyantes dans un appartement étudiant ont incommodé le voisinage. La discussion et la concertation ont eu raison du problème, en espérant que ce soit de manière définitive.
CONSTRUCTION
Aucun projet recensé à ce jour.
INFORMATIONS GENERALES
Prochaine restitution de compost le 18 octobre prochain de 9h à 12h et de 13h 30 à 17h sur le parking du Centre Technique Municipal.
Le prochain ramassage des « encombrants » est prévu le mardi 03 octobre. Les objets concernés doivent être sortis le matin du ramassage avant 09 heures.
RAPPEL DES CONSIGNES ESTIVALES
Avec les beaux jours installés depuis déjà quelques semaines, nous rappelons les créneaux horaires à respecter (imposés par arrêté préfectoral) pour ce qui concerne l'utilisation des engins bruyants tels que tondeuses, coupe-bordures, taille haies, perceuses... :
du lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 15 h à 19 h
dimanches et jours fériés : de 10 h à 12 h uniquement
Rappelons qu’il est formellement interdit de brûler tous déchets organiques ou autres dans les jardins. Enfin, barbecues et soirées en terrasse devront être gérés « en bon père de famille, ce qui implique de limiter autant que faire se peut les nuisances sonores et de se cantonner à des plages horaires acceptables pour le voisinage, en particulier en soirée. Pierre Bosment


LE PROJET DE TRANSPORTS EN COMMUN DE LA METROPOLE

Deux réunions organisées par la mairie de Vandoeuvre se sont tenues sur ce sujet, la première le 28 mars à la Faculté des Sciences et Technologies et la seconde le 20 juin à la salle des fêtes municipale.
Le compte rendu détaillé de la première est disponible sur le site de la mairie :
https://www.vandoeuvre.fr/IMG/pdf/cr_r_cq_reclus_28_mars_2017.pdf
Les informations concernant la seconde réunion qui s’est tenue très récemment sont disponibles de manière succincte à l’adresse suivante :
https://www.vandoeuvre.fr/actualites/ligne-1-une-reunion-technique-et
Signalons enfin que la mairie de Vandoeuvre a lancé une pétition sur le thème « je signe pour un vrai tram » dont nous retiendrons une phrase qui nous concerne plus spécifiquement : (nous demandons) que le nouveau tram monte jusqu’à Brabois sans changement pour permettre aux milliers de personnes qui se rendent quotidiennement sur le plateau d’y aller en transport en commun.
Il semble en effet que la métropole soit très tentée par un double système de transport :
* tram (sans doute sur rails mais possiblement sur pneus) pour la partie centrale de l’agglomération nancéienne et jusqu’au vélodrome
* bus à Haut Niveau de Services pour la desserte de Brabois depuis le Vélodrome
Pour l’instant rien n’est (officiellement) décidé, mais la longue pratique que nous avons du dialogue avec la CUGN devenue métropole, nous laisse craindre que le débat ne se déroule conformément à une technique bien huilée, dans le style :
* la seule solution techniquement et financièrement envisageable est la suivante..
* maintenant donnez nous votre avis,
* votre opinion est très pertinente, mais malheureusement nous ne pourrons pas en tenir compte.
Compte tenu de l’option qui paraît privilégiée par la métropole, il faut savoir que, la capacité du tram envisagé étant approximativement du double de celle du BHNS, aux heures de pointe, c’est au minimum un BHNS toutes les deux minutes dans chaque sens qui passera dans la rue sélectionnée pour la desserte de Brabois (pour l’instant l’avenue Jean Jaurès).
Nous avons connu une expérience de ce type (à une fréquence moins élevée) avec le trolleybus. Les plus anciens d’entre nous se souviennent des nuisances propres à ce type de véhicule en terme de vibrations (la charge à l’essieu était plus importante que dans le cas du tram Bombardier). Rappelons par ailleurs que ce véhicule, lorsqu’il était bien disposé, fonctionnait en mode électrique donc non polluant. Ce ne sera pas le cas du BHNS dont on peut craindre qu’il ne brûle pas de l’essence de violette.
Vous l’aurez compris, il y a tout à craindre de cette réflexion métropolitaine dont nous ne vous avons livré ici que quelques éléments. Il manque en effet à ce billet tout ce qui concerne la desserte du site Roberval ( le serpent de mer communautaire, appât de la métropole pour mieux faire passer son projet à Vandoeuvre ) et celle des sites situés à l’autre bout de la ligne (Essey les Nancy), mais c’est un Sarment complet qu’il faudrait consacrer à ce sujet pour le traiter de façon plus complète.
Nous avons préféré évoquer sans attendre le point crucial qui concerne notre quartier. Sachant que les réunions à la métropole (commission et débat en conseil de métropole) vont avoir lieu très prochainement, que par ailleurs la concertation devrait se mettre en place sitôt après pour espérer renouveler le véhicule Bombardier en 2022 , nous allons nous mobiliser pour que notre point de vue soit entendu.
Il va de soi qu’auparavant nous consulterons les habitants du quartier, dans un premier temps pas courrier électronique compte tenu des délais qui nous sont imposés par la « démocratie » métropolitaine, et dans un deuxième temps lors d’une assemblée générale extraordinaire.
A ce propos, nous nous permettons d’insister sur l’importance de la représentativité de l’association auprès des collectivités dans ce dossier très lourd. Nous encourageons donc ceux qui ne sont pas encore membres à le devenir. Ceci facilitera par ailleurs la consultation électronique évoquée ci-dessus. Christine Lacoste et Pierre Steinmetz


VIDE-GRENIERS DU 21 MAI

Du soleil, du monde et de la bonne humeur !
Six heures du matin. Les membres du comité « Vide Grenier » sont à pied d’œuvre pour accueillir les premiers commerçants éphémères.
Christine, Patrick, Eric et votre serviteur, référents de chaque rue, accompagnent les vendeurs vers l’emplacement qui leur est dédié. Pendant ce temps, les riverains dressent les tréteaux, alignent les objets exhumés de la cave ou du grenier, étiquettent. Quelques professionnels rejoignent les rives de nos rues, tel ce marchand de crèmes glacées, dans son imposant véhicule, écartant sur son passage les premiers étals des marchands matinaux pour accéder au barnum de l’organisation. Thierry consulte son listing : « Monsieur, les 10 mètres retenus seront manifestement insuffisants pour contenir ce convoi ! » C’est dit, le chauffeur accepte de prendre 5 mètres supplémentaires, c’est Eric qui l’accompagnera rue Seguin là ou il pourra vendre ses sucreries.
Vieux Château, Seguin, Reclus se chargent progressivement de tables, de tréteaux, de couvertures recouvertes des trésors du jour : escarpins, vêtements, livres, bibelots, jouets d’enfants, gadgets, collections en tous genres, meubles, pneus etc.… Notre quartier se remplit de l’espoir de passer une excellente journée.
Les premiers chalands ne tardent plus à se présenter dans notre quartier, quand une habitante de la rue Seguin se présente au barnum contrariée de pressentir sa journée assombrie par une nuisance sonore. En délégation, nous partons chez elle, là ou est installé ce marchand de glaces. Sa remorque, énorme groupe électrogène, soit disant insonorisé transforme la quiétude d’une paisible rue en ambiance bureau d’une tour en travaux de la Défense ! Cette riveraine est de bonne foi, elle avait d’ailleurs accepté le positionnement de ce groupe devant son garage. Négociations avec le commerçant, manifestement celui-ci est embêté et compréhensif, il accepte de changer de lieu et avec l’aide de toutes les forces des « Coteaux » déplace tous ses appareils à proximité du barnum. Quiétude retrouvée, les gens peuvent enfin recevoir les premiers clients. La journée passe vite, trop vite diront certains, les ventes vont bon train, les négociations s’intensifient, le champagne passe de stand en stand, les voisins échangent, d’aucuns se découvrent ; bref un succès, cette journée. Le nombre d’exposants supérieur à 2015 (+20%) nous encourage à renouveler cette manifestation pour une 3ème fois. C’est promis, rendez-vous en 2019. Certes, l’organisation a représenté, en amont, un travail important pour Christine, Patrick, Pierre et Thierry avec une reconnaissance toute particulière à l’encontre de ce dernier, notre trésorier, pour le travail minutieux qu’il a fourni. Mais c’est une belle cause qui a été servie. Pascal Renaud


LES FANTASMES D’UNE BOITE AUX LETTRES

Qu’il est beau mon facteur, même s’il ne porte plus tenue ni casquette. Qu’il est beau avec ses mollets musclés par le vélo. Qu’il est sympathique à m’alimenter quotidiennement comme un oisillon désemparé. Que je voudrais être belle et attirante pour mieux le satisfaire !
Oui mais voilà, cela ne dépend pas de moi.. Non que je remette en question ma diversité de forme : cubique, parallélépipédique, cylindrique, là n’est pas le problème. Mon emplacement, par contre, est parfois périlleux pour mon compagnon quotidien. Imaginez les contorsions qu’il doit faire pour me donner ma nourriture lorsque je suis reléguée tout en bas de la porte d’entrée. Il peut aussi se coincer les doigts lorsque je suis logée juste sous le tableau électrique, ou les bras lorsque je suis trop loin de la grille. Je ne vous parle pas des cas où je lui tourne carrément le dos : c’est franchement impoli.
Le must c’est tout de même quand je suis derrière les poubelles, que mon ami le facteur doit pratiquement enjamber pour m’atteindre. Je m’en voudrais si je ne mentionnais pas la problématique du volume à laquelle je suis souvent confrontée. Je ne plains pas d’avoir un tour de taille confortable, bien au contraire, mais c’est quand je souffre d’anorexie qu’il y a souci car on me gave jusqu’à refoulement.
Mon identité laisse également souvent à désirer car mon propriétaire oublie que, le temps faisant son œuvre, mon étiquette pâlit jusqu’à disparaître totalement. Enfin, sa négligence en matière d’entretien me fait souvent honte : mes couleurs passent, trépassent même, je me cabosse et ma porte ne ferme plus ou bien je baille lamentablement.
Bref, vous l’aurez compris, je me referais bien un lifting complet.
Chers amis résidents du quartier, et à ce titre gestionnaires de votre boîte aux lettres, pensez à moi et à mon ami le facteur.. Repeignez-moi, époussetez moi, agrandissez moi, et placez moi en un endroit où je puisse dialoguer avec mon ami sans qu’il n’attrape une scoliose ou un tour de reins..
La boîte à malices





Retour en haut de page